Président du jury
Eugène Traey
, °1915 - 2006
Né à Amsterdam de parents belges, Eugène baron Traey (1915-2006) a fait ses études musicales au Conservatoire royal d'Anvers, où il a eu comme professeur de piano Emmanuel Durlet. Il se perfectionna ensuite à Paris chez Robert Casadesus et en Allemagne chez Karl Leimer et Walter Gieseking. Eugène Traey a mené parallèlement une carrière de concertiste et de professeur au Conservatoire royal d'Anvers, dont il a été le directeur jusqu'en 1980. Il a donné des récitals, des concerts avec orchestre et en musique de chambre avec Arthur Grumiaux et Jean Laurent ou en duo de piano avec Frédéric Gevers. Il est le fondateur du deSingel à Anvers et fut régulièrement membre du jury de concours internationaux réputés (Moscou, Varsovie, Munich, Tokyo et autres). De 1982 à 1995, Eugène Traey a présidé le jury de chaque session du Concours Reine Elisabeth.
  • Biographie
En savoir plus
Karel Goeyvaerts
Belgique, °1923 - 1993
De1943 à 1947, Karel Goeyvaerts a étudié le piano, l'harmonie, le contrepoint, la fugue, la composition et l'histoire de la musique au Conservatoire royal de musique d'Anvers. Par la suite, il a poursuivi sa formation au Conservatoire National de Paris, auprès de Darius Milhaud pour la composition et d'Olivier Messiaen pour l'analyse. C'est aussi au Conservatoire de Paris qu'il a acquis la parfaite maîtrise des "Ondes Martenot" avec l'inventeur de l'instrument, Maurice Martenot.

C'est tout particulièrement Messiaen qui a laissé une forte impression chez le jeune Goeyvaerts. La Sonate pour 2 pianos écrite en 1950-51 peut par exemple être considérée comme une synthèse entre certaines des idées de Messiaen et l'application de la dodécaphonie de Webern, dont Karel Goeyvaerts aurait poussé l'analyse dans les détails. Cette Sonate a d'ailleurs eu une influence cruciale sur la jeune génération des avant-gardistes en général et sur Karlheinz Stockhausen en particulier. En attestent les nombreux liens personnels et musicaux qui ont uni les deux hommes; une abondante correspondance, d'une part, et, d'autre part, certaines compositions de Stockhausen qui reproduisent presque littéralement le concept de base de cette Sonate (Kreuzspiel p.ex.). En 1953, Goeyvaerts, Stockhausen et quelques autres compositeurs réalisent la première musique entièrement produite au moyen de générateurs électroniques, dans les studios de la WDR à Cologne.

En 1957, Karel Goeyvaerts se retire temporairement du monde musical mais continue de composer. En 1970, la Radiotélévision belge néerlandophone (BRT) le nomme aux fonctions de producteur au sein de l'Institut de Psychoacoustique et de Musique Electronique (IPEM) de Gand. Quelques années plus tard, il obtient le poste de producteur en chef de la musique contemporaine à Radio 3 - la station radiophonique belge de musique classique - à Bruxelles. En juin 1985, il est nommé à la présidence du Rostrum International des Compositeurs, une association prestigieuse placée sous les auspices du Conseil International de la Musique de l'UNESCO. Karel Goeyvaerts devient également membre de l'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.

En 1992, il devient le premier titulaire de la chaire "KBC" pour la Musique Nouvelles au sein du département de musicologie de l'Université Catholique de Louvain. Ces fonctions l'ont amené à enseigner aux étudiants de dernière année ainsi qu'à composer une oeuvre. La composition Alba per Alban, qu'il écrivait pour remplir les obligations de sa charge, restait inachevée au moment de la mort soudaine du compositeur en 1993.
  • Biographie
En savoir plus
Jacques Leduc
Belgique, °1932 - 2016
Né à Jette (Bruxelles) en 1932, Jacques chevalier Leduc est accomplit ses études musicales complètes au Conservatoire Royal de Bruxelles. Il étudie la composition sous la direction de Jean Absil et obtient le Grand Prix de Rome en 1961.
Divers prix de composition jalonnent sa carrière: concours annuel de l’Académie Royale de Belgique, prix Agniez, prix de la Province de Brabant, concours international G.B. Viotti à Vercelli (Italie), prix Fuerison, prix Koopal, prix SABAM au concours international de composition pour quatuor à cordes à Liège, concours international de composition pour guitare Castelnuovo-Tedesco à Ancona (Italie).
Jacques Leduc est l’auteur de quelques 75 oeuvres symphoniques, concertantes, de musique de chambre et pour solistes, dont le Concerto pour piano imposé au Concours Reine Elisabeth en 1972.
Il a été directeur de l’Académie de musique d’Uccle (de 1962 à 1983), professeur au Conservatoire Royal de Bruxelles (de 1957 à 1997) et recteur de la Chapelle musicale Reine Elisabeth (de 1976 à 2004). Il est actuellement président de la Société belge des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SABAM) et président de l’Union des Compositeurs Belges. Elu membre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, il en fut le président en 1992.
  • Biographie
En savoir plus
Victor Legley
Belgique, °1915 - 1994
Victor Legley (1915-1994) commence ses études musicales à l’Académie de Musique d’Ypres, d’abord chez Albert van Eegro, ensuite chez Lionel Blomme, les directeurs respectifs de l’époque.

A partir de 1932 il poursuit ses études au Conservatoire Royal de Bruxelles, alto chez François Broos, musique de chambre chez Maurice Dambois, contrepoint chez Raymond Moulaert et fugue chez Léon Jongen. En 1936 il obtient ses premiers prix, et en 1938 son diplôme de virtuosité d’alto.

Dès 1936 (il a 21 ans), il fait partie du Grand Orchestre Symphonique de l’I.N.R. Encouragé par Gérard Ruymen, son collègue au pupitre d’alto, il suit les cours de composition chez Jean Absil, pendant les années de guerre 1941-1943.

En 1947 Victor Legley quitte l’orchestre symphonique de l’I.N.R., et exerce jusqu’en 1976 différentes fonctions à la B.R.T. Dans les années cinquante, il est nommé professeur au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles et à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. Il enseigne l’harmonie, la composition et l’analyse musicale jusque fin 1979.

De 1980 à 1992 Victor Legley est président de la SABAM, et de 1986 à 1990 président de l’Union des Compositeurs Belges. En 1987 il est fait Docteur Honoris Causa de la “Vrije Universiteit Brussel”.

En tant que membre de la “Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten”, il a publié les communications suivantes: “Muziek en Radio” (1967), “Actuele aspecten voor een compositieleer” (1970), “Muziek en Traditie” (1974), “Hedendaagse muziek” (1976), “Muziek en Propaganda” (1978), “Voor wie componeren wij?” (1981), “Muzikale antipoden” (1983) en “Auteursrecht in de branding” (1987).

L’oeuvre de Victor Legley comprend 124 opus, dont 8 symphonies (la 7e pour orchestre d’harmonie), une dizaine de concertos et de concertinos, 5 quatuors à corde, une dizaine de mélodies et un opéra.
  • Biographie
En savoir plus
Paul Uy
L’ascendance maternelle de Paul Uy (né en 1932) compte de nombreux musiciens, Maîtres de Chapelle, Chefs de Sociétés de Musique. Il étudia avec Francis de Bourguignon et Hermann Scherchen. De son propre aveu, il n’a jamais écrit que de la musique “fonctionnelle”, servant à illustrer des textes, des images de films, comme support de ballet, en illustration de poèmes. Selon leur destination, les oeuvres peuvent être atonales, modales, sérielles, tonales, ou électroniques.

Ses oeuvres principales pour orchestre symphonique sont: ”Symphonie Provençale”, ”Carnaval de Bruxelles” (Prix du Millénaire de la Ville de Bruxelles) ”Chroniques du Pays de Moriah”, ”Sept Portes de la Nuit”, ”Fagnes“ (orchestre à cordes), ”Athirsatha” (flûte et orchestre), Concerto pour trombone-basse, l’opéra “SARAH” créé au Festival de Spoleto en 1989 (livret de Gaston Compère), la Cantate ”Choral pour la Paix” (festival d’Aulne-livret de Roger Foulon), les oratorios: ”Brel, rêver un impossible rêve” (livret d’Olivier Todd) et “Le Grognard de Waterloo” (livret de Jacques Logie). Le Prix de Composition Musicale Reine Marie-José, lui fut décerné, pour “Le grand Bestiaire”.

En musique de chambre ses oeuvres principales sont: Sonate pour piano, Mélodies (le Bestiaire d’Arthur Haulot), Petite chronique bruxelloise et ”Les quatre éléments”.

Paul Uy reçut le Prix Charles Cros pour “Carnet de Bal”.
  • Biographie
En savoir plus
Piano 2020 reporté en 2021
Déroulement d'un concours
S.M. la Reine Mathilde
Jurys des concours de piano
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER