Président du jury
Eugène Traey
Belgique, °1915 - 2006
Né à Amsterdam de parents belges, Eugène baron Traey (1915-2006) a fait ses études musicales au Conservatoire royal d'Anvers, où il a eu comme professeur de piano Emmanuel Durlet. Il se perfectionna ensuite à Paris chez Robert Casadesus et en Allemagne chez Karl Leimer et Walter Gieseking. Eugène Traey a mené parallèlement une carrière de concertiste et de professeur au Conservatoire royal d'Anvers, dont il a été le directeur jusqu'en 1980. Il a donné des récitals, des concerts avec orchestre et en musique de chambre avec Arthur Grumiaux et Jean Laurent ou en duo de piano avec Frédéric Gevers. Il est le fondateur du deSingel à Anvers et fut régulièrement membre du jury de concours internationaux réputés (Moscou, Varsovie, Munich, Tokyo et autres). De 1982 à 1995, Eugène Traey a présidé le jury de chaque session du Concours Reine Elisabeth.
  • Biographie
En savoir plus
Friedrich Cerha
Autriche, °1926
Le compositeur Friedrich Cerha, né à Vienne en 1926, a longtemps été considéré comme l'un des plus grands compositeurs autrichiens de notre temps. En 1958, il fonda l'ensemble Viennois die reihe, composé de jeunes solistes talentueux, qu'il dirigea pendant plusieurs décennies. En 1960 et 1961, il composa une pièce qui deviendra centrale dans son oeuvre - un cycle intitulé Spiegel. En 1979, il compléta l'opéra de Berg Lulu en trois actes, ce qui lui conféra l'attention internationale.

Friedrich Cerha passa une grande partie de sa carrière à explorer les différents styles musicaux du XXème siècle, comme la technique du sérialisme, le néoclassicisme et le dodécaphonisme. Il s'intéressa aussi aux développements émotionnels reproductibles, qui imprègnent tant ses travaux orchestraux que de musique de chambre.

Le théâtre musical a aussi joué un rôle important dans la production de Friedrich Cerha. Par exemple, il créa une version de Spiegel qui comprenait des mouvements de groupe, de lumière, et de objets. Il écrivit peu après une pièce de théâtre musical Netzwerk.
A la fin des années 1970, il s'intéressa de très près à la pièce Baal de Bertolt Brecht, et créa une oeuvre du même nom appréhendant les relations entre l'individu et la société. Cette pièce fut suivie par Der Rattenfänger (1984-1986) et Der Riese vom Steinfeld (1997). Parmi son oeuvre orchestrale, nous pouvons citer principalement Langegger Nachtmusik III et Impulse. Il écrivit aussi de nombreux concertos solos au cours des dernières années, comme son Concerto pour violon et orchestre (2004), Concerto pour soprano, saxophone et orchestre (2003-2004) et Concerto pour clarinette et orchestre (2009).

Aujourd'hui, Friedrich Cerha est tout aussi productif que par le passé. Son Concerto pour percussion et orchestre fut créé à l'automne 2009 (Martin Grubinger, Mozarteumorchester Salzburg), suivi d'Instants (WDR Symphonieorchester), Like a Tragicomedy (Orchestre Philharmonique de la BBC) et Kammermusik pour orchestre (Orchestre Symphonique de la Radio ORF) interprété au Wiener Festwochen de 2010. En septembre 2010, l'Ensemble Moderne et Hans Holliger se sont associés pour créer le Quintet pour hautbois et quatuor à cordes de Cerha. La Biennale de Salzbourg, en 2011, mit Friedrich Cerha sur le devant de la scène, à l'occasion de son 85ème anniversaire.

En plus de son activité de compositeur, Friedrich Cerha enseigna à la Hochschule für Musik de Vienne jusqu'en 1988. On peut compter parmi ses élèves Georg Friedrich Haas et Karlheinz Essl. Friedrich Cerha a reçu le Grand Prix de l'Etat Autrichien, est membre de l'Académie Européenne des Arts et des Sciences, et est officier de l'Ordre des Arts et des Lettres. La Biennale de Venise lui remit le Golden Lion en 2006 pour l'intégralité de ses œuvres.
  • Biographie
En savoir plus
Frédéric Devreese
Belgique, °1929 - 2020
Compositeur belge né en Hollande, Frédéric Devreese a abordé tous les genres: opéra, ballet, orchestre, musique de chambre, choeur, piano. Toutefois, ce sont surtout ses musiques de films et ses prestations en tant que chef d’orchestre qui l’ont fait connaître du public. Il reçoit ses premières leçons musicales de son père, puis étudie à Bruxelles avec Marcel Poot (composition) et René Defossez (direction d’orchestre) avant de se perfectionner à l’Académie Sainte-Cécile de Rome et à l’Académie d’État de Vienne. Il n’a que vingt ans lorsque son Concerto n° 1 pour piano et orchestre reçoit le Prix de la Ville d’Ostende. En 1983, son Concerto n° 4 pour piano et orchestre sera imposé à la finale du Concours Reine Elisabeth. De nombreux prix nationaux et internationaux lui ont été décernés, parmi lesquels le Prix Italia pour son opéra TV Willem van Saefthingen, le Prix Georges Delerue ainsi que le Prix Plateau pour ses musiques de films, et le prix Klara pour l’ensemble de sa carrière (2006). Ses enregistrements pour la firme Naxos (Anthology of Flemish Music) lui ont valu d’être nommé Ambassadeur Culturel de Flandre en 1996-1997.
  • Biographie
En savoir plus
Edison Denisov
Russie (Fédération de), °1929 - 1996
Edison Denisov était un compositeur Russe d'origine Sibérienne remarquablement innovateur. Figure dominante de la génération post-Chostakovitch et professeur immensément influent, il fut attiré par les modèles européens que sont Boulez et Ligeti, et par l'esthétique française de Debussy et de Messiaen. Ses tendances modernistes se heurtèrent à une sévère désapprobation officielle, mais il resta aussi fidèle à ses racines russes, et ainsi fidèles aux mélodies romantiques de Glinka et aux psycho-drames de Chostakovitch. Son style est raffiné, rempli de détails et d'ornements détaillés et élaborés, et en même temps romantique et mélancolique, créant ainsi un jeu entre des textures chromatiques élaborées et des micro-polyphonies. Maître dans l'art d'une instrumentation colorée comme dans des pièces telles que Peinture, il utilisa ses connaissances pour achever des œuvres de Schubert, Mussorgsky, Debussy et Mosolov. Edison Denisov écrivit des oeuvres pour les solistes les plus grands de sa génération, notamment Heinz Holliger, Aurèle Nicolet, Gidon Kremer et Yuri Bashmet. Nous pouvons citer parmi ses pièces La Vie en Rouge (1975, Cantate de chambre pour voix et ensemble instrumental), Concerto pour Flûte (1975, pour flûte et orchestre de chambre) et Requiem (1980, pour solistes, choeur et orchestre).
  • Biographie
En savoir plus
Henri Dutilleux
France, °1916
Compositeur français né en 1916 à Angers, Henri Dutilleux entre en 1933 au Conservatoire de Paris, où il suit les cours de contrepoint et fugue avec Noël Gallon, de direction d'orchestre avec Philippe Gaubert, de composition avec Henri Busser et d’histoire de la musique avec Maurice Emmanuel. Il y reçoit un premier prix d'harmonie, de contrepoint et de fugue, puis obtient le Grand Prix de Rome en 1938 avec la cantate L’anneau du Roi.

Il étudie à cette époque le traité de composition de Vincent d’Indy, découvre Stravinsky, Bartók et le sérialisme, mais restera toujours en marge de ces diverses esthétiques. Nommé en 1942 chef de chant de l’opéra de Paris puis directeur du service des illustrations musicales de la Radiodiffusion française en 1945, il occupera ce poste jusqu'en 1963. Cette expérience très enrichissante, lui permet de côtoyer toutes les tendances artistiques.

La renommée d’Henri Dutilleux est internationale aussi bien en tant que compositeur qu’en tant qu’enseignant. Il mène une importante activité de pédagogue, nommé professeur de composition en 1961 à l’École Normale Supérieure, puis au conservatoire supérieur de Paris de 1970 à 1984. Il est invité dans de nombreux pays comme professeur et conférencier. Deux fois, en 1995 et en 1998, il est appelé en résidence au Tanglewood Music Center.

Henri Dutilleux devient membre associé de l’Académie Royale de Belgique en 1973, membre honoraire de la Royal Academy de Londres en 1966, du conseil international de la musique de l’UNESCO, de l’American Academy and Institute of Arts and Letters de New York en 1981, de l’Academia Nazionale Santa Cecilia à Rome en 1993, et en 1998, il est membre de la Bayerische Akademie der Schünen Künste à Munich.

Les premières oeuvres du compositeur sont créées pendant la guerre : Quatre mélodies pour chant et piano, en 1943, Geôle pour voix et orchestre, en 1944. Roger Désormière et l'Orchestre National créent sa première symphonie en 1951 et la compagnie Roland Petit, le ballet Le Loup en 1953. Charles Münch à Boston créé La Deuxième Symphonie en 1959, puis les Métaboles en 1965, une de ses oeuvres les plus fréquemment interprétées. Son quatuor à cordes Ainsi la nuit (1977) rencontre un succès exceptionnel. Il écrit des œuvres pour son épouse, la pianiste Geneviève Joy, ainsi que pour de nombreux autres grands interprètes : le concerto pour violoncelle et orchestre : Tout un monde lointain (1970) lui est commandé par Mislav Rostropovitch. Il compose Sur un même accord en 2002 pour la violoniste Anne-Sophie Mutter, Correspondances en 2003 pour la soprano Dawn Upshaw.

Le travail d’Henri Dutilleux est maintes fois couronné. En 1967 il reçoit le grand prix national de la musique en pour l'ensemble de son œuvre, en 1983 le grand prix international du disque de Montreux. En 1987, on lui décerne le prix international Maurice Ravel et celui du Conseil International de la Musique. Il reçoit en 1994 le Praemium Imperiale du Japon pour l’ensemble de son œuvre et en 1998, le Royal Philharmonic Society Awards pour The Shadows of Time. Pour cette pièce, il reçoit aussi en 1999 le prix de Cannes et la même année, le grand prix de la presse musicale internationale.

En 2005, lui est attribué le prix international Ernst von Siemens.
  • Biographie
En savoir plus
Theo Loevendie
, °1930
En savoir plus
Frederik van Rossum
Belgique, °1939
Frederik van Rossum est né à Bruxelles. Depuis son Premier Grand Prix de Rome, en 1965, ses oeuvres lui ont valu de nombreux prix internationaux. Ainsi à Paris, en 1981, son Réquisitoire pour cuivres et percussions remporta le Premier Prix à la Tribune internationale des Compositeurs de l’UNESCO. Son premier concerto pour violon et orchestre fut l’imposé du Concours Reine Elisabeth, en 1980. Cette partition fit l’objet de cinq réalisations discographiques différentes. En 1988, le Concours Reine Elisabeth lui commande l’imposé pour la demi-finale de la session de chant (Aria a modo di vocalizzo). Brillant orchestrateur, van Rossum a écrit de nombreuses oeuvres orchestrales, avec ou sans solistes. Il s’est tourné également vers la musique de chambre, la musique de scène et l’opéra. Le catalogue de ses oeuvres pour piano est aussi très riche et varié. Il a dédié à cet instrument qui est le sien et où il excelle, des partitions dont certaines occupent dans l’ensemble de son oeuvre une place capitale. Frederik van Rossum est membre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. Il a été désigné par le Festival de Flandre comme compositeur en résidence, de 1995 à 2000.
  • Biographie
En savoir plus
Piano 2020 reporté en 2021
Déroulement d'un concours
S.M. la Reine Mathilde
Jurys des concours de piano
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER