Président du jury
Arie Van Lysebeth
Belgique, °1938
Arie Van Lysebeth était le Président du Jury du Concours Reine Elisabeth de 1996 à 2018. Il commence le violon à l’âge de quatre ans. Il s’est formé au Conservatoire de Bruxelles, où il a étudié l’écriture musicale, le basson, la musique de chambre et la direction d’orchestre. Après concours, il se voit octroyer le poste de basson soliste à l’Orchestre symphonique de la Radio-Télévision Belge. Deux ans plus tard, il devient premier lauréat ex-aequo du Concours International de Prague. Il se perfectionne ensuite en direction d’orchestre auprès de Bruno Maderna à Salzbourg et Pierre Boulez en Suisse. Depuis 1970, il dirige le Vlaams Kamerorkest, en Belgique et à l’étranger. En tant que chef invité, il s’est produit à la tête des grands orchestres belges, ainsi qu’aux États-Unis, en Argentine, à Taïwan, en Grande-Bretagne, en Italie et en Allemagne. Il a ainsi travaillé avec des solistes renommés tels qu’Igor Oistrakh, José Van Dam, Murray Perahia ou Augustin Dumay, parmi d’autres. De 1995 à 2004, il a également été le chef de l’Orchestre Symphonique du Conservatoire de Bruxelles. Pendant de longues années, il a été professeur de musique de chambre au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles (1970-1994), dont il a assumé la direction de 1994 à 2003. De 2004 à 2014, Arie Van Lysebeth a par ailleurs été directeur artistique de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.
  • Biographie
En savoir plus
Diane Andersen
Diane Andersen, dont le maître fut Stefan Askenase, bénéficia également des conseils précieux de la pianiste hongroise Annie Fischer. Elle poursuit une brillante carrière de soliste, de chambriste et de pédagogue, et donne des concerts à travers le monde dans des salles mythiques comme le Carnegie Hall, le Rudolfinum, le Concertgebouw, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, La Fenice, et joue notamment sous la direction de chefs prestigieux comme Bruno Maderna, Pierre Boulez, Wolfgang Sawallisch, Georges Prêtre ou Okko Kamu. Elle a reçu différentes distinctions et plusieurs prix : l’International Steinway Artist, le Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros, le Trophée Fuga (UCB), la Harriet Cohen International Bach Medal, le Classical Music Award (Midem). Sa vaste discographie comprend plusieurs intégrales (Jongen, Pierné), des œuvres en première mondiale de compositeurs méconnus ou oubliés. Dédicataire et créatrice d’œuvres contemporaines, ses contacts privilégiés avec des musiciens illustres tels que Kodály, Tansman, Nono, Gertler (partenaire et ami de Bartók) seront pour elle des sources inestimables d’enrichissement artistique. Présidente d’EPTA-Belgium Wallonie-Bruxelles et professeur honoraire du Conservatoire Royal de Bruxelles, elle dirige aujourd’hui des master classes en Amérique du Sud et du Nord, au Canada, au Japon, en Chine, en Corée et en Europe. Elle est aussi régulièrement invitée comme membre du jury de grands concours internationaux.
  • Biographie
En savoir plus
Frank Braley
France, °1968
Brillant et atypique, Frank Braley n’a pas suivi le cursus qui s’impose d’habitude aux artistes de sa trempe. Il jure même ses grands dieux n’avoir jamais souhaité devenir pianiste - un dilettante, en somme, mais un dilettante de génie doublé d’un dilettante forcené, qui donne plus de quatre vingt concerts par an. Ce n’est qu’après avoir hésité entre sciences et musique que ce jeune homme bien dans ses baskets finit par abandonner l’université à sa majorité pour rejoindre le cercle des élus au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Malgré tous ses efforts pour être dernier de la classe, cette forte tête en sortira surdiplômée, pour être aussitôt propulsée sur la scène internationale après avoir raflé en 1991 le Premier Prix du Concours Reine Elisabeth. Invité des plus grandes phalanges orchestrales, assailli de comparaisons flatteuses avec les grands du piano, Frank Braley n’a pas laissé la gloire lui monter à la tête. Cet artiste à l’intelligence vive, à la répartie foudroyante et aux idées musicales bien arrêtées n’a rien perdu de son rapport spontané et décontracté au piano, fait d’humour et de poésie, de pudeur, de grâce et d’inaltérable sincérité. Car Frank Braley joue par plaisir, que ce soit pour le grand frisson des récitals ou pour la joie partagée de la musique de chambre entre amis, aux côtés d’Augustin Dumay, Paul Meyer, Eric Le Sage, Emmanuel Pahud ou des frères Capuçon.
  • Biographie
En savoir plus
Abdel Rahman El Bacha
Liban, France, °1958
Né à Beyrouth en 1958, Abdel Rahman El Bacha vit en France, où il se perfectionne dès l’âge de seize ans dans la classe de Pierre Sancan, au Conservatoire National Supérieur de Paris. Il en sort avec quatre premiers prix (piano, musique de chambre, harmonie et contrepoint). Depuis la révélation de son talent au Concours Reine Elisabeth en 1978, il se produit dans les salles les plus prestigieuses à travers le monde. Il joue avec des orchestres tels que le Berliner Philharmoniker, l’Orchestre de Paris, le NHK Symphony Orchestra de Tokyo, l’English Chamber Orchestra. Depuis son premier disque consacré à Prokofiev, qui obtient le Grand Prix de l’Académie Charles Cros, il enregistre de nombreuses oeuvres (Bach, Ravel, Schubert, Schumann, Rachmaninov) chez Forlane, ainsi que les cinq concertos de Prokofiev chez Fuga Libera. Ses intégrales des sonates de Beethoven et de l’oeuvre pour piano seul de Chopin sont un très grand succès, tant au concert qu’en CD. Abdel Rahman El Bacha, maître de piano à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, est également compositeur.
  • Biographie
En savoir plus
Peter Frankl
Grande-Bretagne, °1935
D’origine hongroise, Peter Frankl se produit en concert à travers le monde depuis les années 1960. Il joue ainsi avec les plus grands orchestres et sous la direction de chefs comme Claudio Abbado, Vladimir Ashkenazy, John Barbirolli, Pierre Boulez, Ádám Fischer, Bernard Haitink, Lorin Maazel, Kurt Masur, Georg Solti et George Szell. Sa carrière internationale l’a conduit à participer à de nombreux festivals internationaux : Edimbourg, Aldeburgh, Verbier, Kuhmo, Prades (Casals), Naantali, Marlboro, Ravinia, Aspen, et aux BBC Promenade Concerts de Londres. Sa vaste discographie comprend l’oeuvre complète pour piano de Schumann et de Debussy ; les concertos pour piano, les sonates pour violon et les trios de Brahms ; les concertos de Mozart ; les quintettes de Schumann, Brahms, Dohnányi, Dvorák et Martinu, et bien d’autres enregistrements. Peter Frankl enseigne à la faculté de la Yale University et est professeur honoraire à l’Académie Liszt de Budapest. Il a été membre du jury des concours internationaux de Van Cliburn, Leeds, Rubinstein, Clara Haskil, Santander, Cleveland, Paderewski, Hong Kong, Shanghai, etc.
  • Biographie
En savoir plus
Daejin Kim
Corée, °1962
En 1985, Daejin Kim remporte le Concours international Robert Casadesus (Cleveland), et, l’année suivante, il fait ses débuts à New York. Depuis lors, il a joué en récital et avec orchestre dans les plus grandes villes des États-Unis, d’Europe et d’Asie. Il est nommé Professeur de l’Année par la Music Association of Korea, en 2006, et a également reçu la décoration d’Artiste de l’Année du Ministère de la culture, en Corée. Il a été membre du jury de concours internationaux comme ceux de Ferruccio Busoni, Beethoven (Bonn), Leeds et Rubinstein. Depuis 2008, il est directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Suwon, orchestre qu’il dirige, en 2012, lors d’une tournée européenne, qui se produit à Munich, Vienne et Prague, ainsi qu’au Festival Merano. Il est aussi directeur musical de la Kumho Art Hall Chamber Music Society. Sa discographie comprend deux concertos pour piano de Mozart, avec l’Orchestre symphonique national de la Radio polonaise, qu’il dirige également, ainsi qu’un enregistrement live d’un cycle complet des symphonies de Sibelius (Sony). Il est actuellement professeur de piano à la Korea National University of Arts et directeur du National Institute for the Gifted in Arts.
  • Biographie
En savoir plus
Jian Li
Après avoir entamé ses études au Conservatoire de Shanghai, Li Jian les poursuit au Conservatoire National de Paris, grâce à son 2e Prix, remporté à l’âge de 16 ans, au Concours Long-Thibaud. Il se perfectionne ensuite au Curtis Institute of Music, avec Mieczysl´aw Horszowski, et étudie la direction d’orchestre avec Jorma Panula. Il s’est produit en soliste ou a dirigé les orchestres symphoniques d’Atlanta, Singapour, Shanghai, Guangzhou, Hangzhou et de la Radio berlinoise, les philharmoniques de Hong Kong, New Japan, Saint-Pétersbourg, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Orchestra of St. Luke’s, le Chinese Youth Orchestra et le BBC Concert Orchestra. Il a donné des récitals dans les plus grandes salles des États-Unis (Avery Fisher Hall et Alice Tully Hall à New York, Kennedy Center à Washington), d’Europe (Musikverein à Vienne, Théâtre des Champs-Élysées à Paris) et d’Extrême-Orient (Suntory Hall à Tokyo, Symphony Hall à Osaka). En musique de chambre, il a joué avec des artistes comme Yo-Yo Ma, Cho-Liang Lin, Anne Akiko Meyers, Gary Hoffman et Kyoko Takezawa. De 1995 à 2001, il a enseigné au Curtis Institute. Professeur honoraire de l’Université de Nanjing, il est actuellement professeur et chef du département piano au Conservatoire de Shanghai.
  • Biographie
En savoir plus
David Lively
États-Unis, France, °1953
En 1972, David Lively remporte le 4e Prix au Concours Reine Elisabeth. Il quitte les États-Unis sur le conseil de Jules Gentil, l’assistant d’Alfred Cortot, pour étudier à l’École Normale de Musique de Paris, et devient l’élève privilégié de Claudio Arrau. Il se perfectionne auprès de Nadia Boulanger, Wilhelm Kempf et Erich Leinsdorf. L’originalité de son parcours ne se dément pas. Audacieux défenseur des répertoires rares, sa virtuosité lui permet d’enregistrer les concertos de Joseph Marx, Wilhelm Furtwängler, Ferruccio Busoni et Sergey Rachmaninov. Proche d’Aaron Copland, Eliott Carter, Henri Dutilleux, Philippe Boesmans ou Benoît Mernier, l’écriture actuelle lui est chère. Infatigable curieux, David Lively nourrit une égale passion pour les claviers historiques et pour les synthétiseurs actuels. Professeur et directeur des Concours à l’École Normale de Musique de Paris, il est aussi le directeur artistique du Festival de Saint-Lizier dans les Pyrénées. Ses enregistrements récents comprennent l’intégrale de la musique de chambre de César Franck et les oeuvres complètes pour piano seul de Philippe Boesmans. Le Concerto pour piano de William Blank, écrit pour lui, paraîtra prochainement, de même que celui de Benoît Mernier.
  • Biographie
En savoir plus
Minoru Nojima
Le pianiste japonais Nojima Minoru a fait ses débuts à l’âge de dix ans avec le NHK Symphony Orchestra. Après sa formation à la Toho Gakuen School of Music, dès 1966, il est invité par le Ministre des Affaires Culturelles soviétique au Conservatoire de Moscou pour y suivre les cours de Lev Oborin. Il donne alors une série de récitals à Moscou, Saint-Pétersbourg et dans d’autres villes de l’Union Soviétique. En 1969, il obtient la médaille d’argent au Concours International Van Cliburn. L’année suivante, son premier récital au Carnegie Hall fait l’objet d’une critique élogieuse dans le New York Times. Depuis lors, il a joué avec les plus grands orchestres et donné des récitals ainsi que des concerts de musique de chambre à travers les États-Unis, l’Europe et l’Asie. Il a siégé plusieurs fois en tant que membre du jury du Concours Van Cliburn et a été président du Concours International de Sendai depuis ses débuts. En 2006 est créé le Minoru Nojima Yokosuka Piano Competition destiné aux jeunes pianistes japonais talentueux. Il est actuellement président du Collège de Musique de Tokyo et professeur de piano à la Toho Gakuen School of Music.
  • Biographie
En savoir plus
Anne Queffélec
Après des études au Conservatoire de Paris, Anne Queffélec reçoit, à Vienne, l’enseignement de Paul Badura-Skoda, de Jörg Demus et surtout d’Alfred Brendel. Les succès remportés dans les concours internationaux de Munich et de Leeds ne tardent pas à faire d’elle une soliste en vue, invitée à travers le monde. Plébiscitée en Europe, au Japon, à Hong Kong, au Canada, aux États-Unis, elle se produit sous la direction de grands chefs et avec des orchestres tels que le London Symphony, le London Philharmonic, le Philharmonia Orchestra, le BBC Symphony, l’Academy of St. Martin in the Fields, le Tonhalle de Zurich, les Orchestres de chambre de Pologne et de Lausanne, le NHK Symphony Orchestra de Tokyo, l’Ensemble Kanazawa, le Hongkong Philharmonic, l’Orchestre National de France et le Philharmonique de Radio France, la Philharmonie de Prague, le Kremerata Baltica. Elle a participé à la bande sonore d’Amadeus, sous la direction de Neville Marriner, et a donné l’intégrale des Sonates de Mozart, en direct sur France Musique, au Festival de la Roque d’Anthéron, confirmant son affinité passionnée avec l’univers mozartien. Elle est à l’affiche de nombreux festivals français et étrangers. À la scène comme pour ses enregistrements, elle cultive un répertoire éclectique, de Haendel à Dutilleux. Elle a réalisé plus d’une trentaine d’enregistrements, gravés chez Erato (« Ravel, Debussy, Fauré »), Virgin Classics ou Mirare (« Satie & Compagnie », « Ombre et Lumière »).

  • Biographie
En savoir plus
Staffan Scheja
Staffan Scheja fait ses débuts à l’âge de 14 ans, avec Herbert Blomstedt et l’Orchestre de la Radio suédoise. Après avoir étudié au Royal College of Music à Stockholm, il se perfectionne à la Juilliard School à New York, auprès de Rosina Lhevinne, Ilona Kabos et Ania Dorfmann. Il remporte le Concours international Busoni en 1975, et donne ensuite une série de concerts à travers le monde, sous la direction de chefs comme Simon Rattle, David Zinman, Esa-Pekka Salonen, Sixten Ehrling, Okko Kamu, avec des orchestres tels que le Münchner Philharmoniker, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, le NHK Symphony Orchestra de Tokyo, l’English Chamber Orchestra et tous les grands orchestres scandinaves. Durant plusieurs années, il vit aux États-Unis et se produit au Carnegie Hall et au Kennedy Center avec le Philharmonique d’Oslo, ainsi qu’à la Maison Blanche avec Barbara Hendricks. Staffan Scheja a réalisé plusieurs enregistrements pour EMI, BIS, Vanguard, LCM, et il a représenté son pays en visites d’état au Mexique et au Japon. Sur l’île de Gotland dans la Mer Baltique, il a fondé et est le directeur artistique d’un festival de musique de chambre. Membre de la Royal Academy of Music de Suède, il a reçu la médaille royale suédoise, Litteris et Artibus, et vit actuellement à Stockholm, où il est professeur et dirige le département piano du Royal College of Music.
  • Biographie
En savoir plus
Jean-Claude Vanden Eynden
Belgique, °1947
Jean-Claude Vanden Eynden n’a que 16 ans lorsqu’il est proclamé lauréat du Concours Reine Elisabeth en 1964. Cette précieuse distinction marque le coup d’envoi d’une brillante carrière qui le mène dans les plus belles salles du monde et les festivals les plus réputés : Festivals de Korsholm (Finlande), Umea (Suède), Prades et la Chaise-Dieu (France), Delft (Pays-Bas), Séoul (Corée), Stavelot et Seneffe (Belgique). Nombreux sont les orchestres symphoniques et les orchestres de chambre qui l’invitent : l’Orchestre Symphonique de Saint-Pétersbourg, le Royal Philharmonic Orchestra de Londres, le Residentie Orkest de La Haye, l’Orchestre National de Belgique, etc. Il collabore alors avec des chefs prestigieux tels que Paul Kletzky, Rudolf Barshaï, Yuri Temirkanov, etc. En musique de chambre, il joue avec des partenaires belges et internationaux de tout premier plan : Véronique Bogaerts, Marie Hallynck, Augustin Dumay, Silvia Marcovici, Mihaela Martin, Miriam Fried, Gérard Caussé, Frans Helmerson, José Van Dam, Walter Boeykens, Quatuor Enesco, Quatuor Melos, Quatuor Ysaÿe, Ensemble César Franck, etc. Son répertoire, vaste et impressionnant, comprend entre autres l’intégrale des oeuvres pour piano seul de Maurice Ravel. Actuellement, il est professeur honoraire au Conservatoire royal de Bruxelles et enseigne à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. En 2004, il remanie l’école fondée en 1977 par son maître, en Centre Musical Eduardo del Pueyo, et en devient le directeur artistique.
  • Biographie
En savoir plus
Tamas Vasary
Hongrie (Rép.), °1933
Pianiste et chef d’orchestre suisse d’origine hongroise, Tamás Vásáry donne ses premiers concerts publics à l’âge de huit ans. Il étudie auprès d’Ernst von Dohnányi et de Józef Gát à l’Académie Franz Liszt de Budapest et fut plus tard le disciple de Zoltán Kodály. Premier Prix du Concours Franz Liszt en 1948, il est ensuite lauréat du Concours Chopin de Varsovie (1955), du Long-Thibaud à Paris (1955), puis du Concours Reine Elisabeth (1956), et du Concours de Rio de Janeiro (1957). À partir de 1960, après son immense succès au Royal Festival Hall de Londres, sa carrière internationale est lancée : il se produit alors avec les plus grands orchestres et les chefs les plus réputés de par le monde. Il a enregistré une vingtaine de disques, notamment pour Deutsche Grammophon. En tant que chef, il a dirigé plus de cent orchestres, et fut le directeur musical du Northern Sinfonia (1979-1982), ainsi que le chef attitré du Bournemouth Sinfonietta (1989-1997) en Angleterre. De 1993 à 2004, il est le directeur musical du Symphonique de la Radio hongroise. Tamás Vásáry a reçu de nombreuses distinctions : les médailles Bach et Paderewsky, le Prix Kossuth, le Millennial Kölcsey Prize, la Médaille d’Or du Président de la République de Hongrie, le Hungarian Heritage Prize. En 2012, il reçoit la Médaille Mozart de l’UNESCO. Il est membre honoraire de la Royal Academy of Music et du Royal College of Music de Londres, et Chevalier des Arts et des Lettres en France.
  • Biographie
En savoir plus
Elisso Virsaladze
Géorgie, °1942
Née en Géorgie, Elisso Virsaladze étudie au Conservatoire de Tbilisi avant de s’installer à Moscou. À 20 ans, elle gagne le 3e Prix au Concours Tchaikovsky, et, quatre ans plus tard, le Premier Prix au Concours Schumann de Zwickau. Depuis lors, elle est reconnue comme l’une des grandes interprètes de Schumann. En dehors de Schumann, ses compositeurs de prédilection sont ceux de la fin du 18e et du début du 19e siècle, particulièrement Mozart, Beethoven et Chopin. Mais elle est également célèbre pour la variété de son répertoire, qui inclut aussi les compositeurs russes modernes. Aujourd’hui, Elisso Virsaladze se produit régulièrement à Londres, Milan, Rome, Paris, Lisbonne, Baltimore, Tokyo ou Berlin, en récital ou en soliste avec orchestre, sous la direction de chefs renommés comme Rudolf Barshai, Kyril Kondrashin, Riccardo Muti, Kurt Sanderling, Wolfgang Sawallisch, Evgeny Svetlanov, Antoni Wit et Yuri Temirkanov. Elle enseigne au Conservatoire de Moscou et à la Musikhochschule de Munich, et siège comme membre du jury dans de nombreux concours internationaux comme ceux de Santander, Munich, Geza Anda à Zurich, Rubinstein à Tel Aviv, Tchaikovsky à Moscou. Ses enregistrements pour le label Live Classics reflètent parfaitement sa personnalité musicale.
  • Biographie
En savoir plus
Piano 2020 reporté en 2021
Déroulement d'un concours
S.M. la Reine Mathilde
Jurys des concours de piano
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER