Giovanni Bellucci
piano | Italie, °1965
 
PIANO 1995 : Troisième Prix
Giovanni Bellucci est considéré comme l’une des plus grandes figures du piano contemporain : son enregistrement des Paraphrases de Franz Liszt sur les opéras de Verdi et de Bellini a été classé par le magazine Diapason parmi les dix meilleurs enregistrements lisztiens de l’histoire. La très sèvère sélection comprenait - outre Bellucci - Martha Argerich, Claudio Arrau, Aldo Ciccolini, Gyorgy Cziffra, Wilhelm Kempff et Krystian Zimerman.

Ce jugement de Diapason s’ajoute aux louanges unanimes de la presse spécialisée la plus prestigieuse en faveur de l’artiste italien. En effet, tous ses CD ont été primés: “Choc” du Monde de la Musique, “Editor’s choice” de la revue Gramophone, “Cinq étoiles” de Musica, “Cinq étoiles “ du BBC Music Magazine, “CD exceptionnel” de Répertoire, “4 Clefs” de Télérama, “Meilleur CD” de la revue Suono.

“Il n’y a pas dix pianistes comme lui dans le monde : Bellucci renoue avec l’âge d’or du piano” commente le journal Le Monde après sa victoire au World Piano Masters Competition de Monte-Carlo en 1996 qui clôt une longue série de succès dans des concours internationaux : Concours Reine Elisabeth, Prague Spring Competition, Prix Alfredo Casella de la RAI, Prix Busoni, Prix Franz Liszt, Concours Claude Kahn à Paris.

“Bellucci est une force de la nature déchaînée, mais ni brutale, ni mécanique, une force, par contre, énorme, palpitante” écrit, en se référant à l’interprétation de la sonate de Beethoven “Hammerklavier” le critique italien Piero Rattalino. Il peint le portrait d’un talent musical qui se manifeste presque par hasard, en 1979, lorsque Giovanni Bellucci, âgé de 14 ans, découvre le piano. Autodidacte, il interprète les 32 sonates de Beethoven. Deux ans plus tard, il donne son premier concert avec orchestre avec le Totentanz de Franz Liszt. A l’âge de 20 ans, il achève ses études pianistiques en remportant le 1er prix, décerné à l’unanimité avec félicitations du jury, du Conservatoire Santa Cecilia de Rome.

Invité à l’Académie de Imola par le grand pianiste russe Lazar Berman, qui dira de lui en 1991 : “Bellucci est l’un des plus grands talents qu’il m’ait été donné d’écouter... à travers sa phénoménale virtuosité, il engendre un discours musical hautement novateur”, il y obtient le “Master” en 1996. Il a, par la suite, des contacts enrichissants avec des artistes tels que Paul Badura-Skoda, Alfred Brendel, Murray Perahia et Maurizio Pollini.

A Paris, Bellucci se lance dans une activité intense de concertiste. Soliste accompagné par des orchestres tels que Los Angeles Philharmonic, Dallas Symphony, Sydney Symphony, BBC Philharmonic, Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, Orchestra Sinfonica dell’Accademia Nazionale di S. Cecilia, Orchestra Sinfonica Nazionale della RAI, Orchestre National de Belgique, National de Montpellier, “Sinfonia Varsovia”, Virtuoses de Prague, Orchestre de Chambre de Zürich, etc. Il joue sous la baguette de chefs et collabore avec des artistes comme Abbado, Accardo, Casadesus, Dumay, Entremont, Inbal, Kavakos, Mackerras.

Giovanni Bellucci se produit dans les salles, théatres et festivals internationaux les plus prestigieux : Hollywood Bowl, auquel il doit ses débuts américains devant 18.000 spectateurs, Performing Art Society de Washington, Newport, Yokohama, Singapour, Sydney Opera House, Bath (Angleterre), La Roque d’Anthéron, Besançon, Menton, Radio-France à Montepellier, Folle Journée de Nantes, Philharmonique de Bruxelles, Lugano (Suisse), Herkulessaal de Munich (où il reçoit par ailleurs le prix de la presse allemande comme meilleur événement artistique), Radio de Berlin, Rudolfinum de Prague, Radio d’Helsinki, Festival de Brescia et Bergame, de Ravello, Settembre Musica de Turin, à la Scala de Milan, au Théâtre C. Felice de Gênes, à l’Opéra de Rome, et dans toutes les grandes salles parisiennes : Cité de la Musique, Salle Pleyel, Auditorium du Louvre, Salle Messiaen de Radio-France, Salle Gaveau, Théâtre du Châtelet.

Son concert au City Recital Hall de Sydney - qui l’a vu interpréter la Symphonie Fantastique de Berlioz/Liszt - a reçu le prix “Recital of the year 2005” attribué par le Sydney Morning Herald.

La maison discographique Decca vient de publier le CD de la transcendante Symphonie Fantastique de Berlioz/Liszt interprétée par Bellucci, et vont bientôt paraître les deux premiers volumes de la série de 14 CD consacrée au cycle monumental des 32 Sonates de Beethoven et des 9 Symphonies de Beethoven/Liszt (label Opus 106, distribué en France par Codaex).

La maison discographique Accord-Universal a récemment publié les Concertos pour piano et orchestre et les Rhapsodies Hongroises de Liszt interprétées par le pianiste italien.
Audio
Photo
Programme
Finale (25/05/1995)
John Weeks Requiescat
Pyotr Tchaikovsky Concerto n. 1 en si bémol mineur op. 23
Giovanni Bellucci, piano
Orchestre Philharmonique de Liège, dir. Pierre Bartholomée
Demi-finale (11/05/1995)
Ludwig van Beethoven 6 Variations en ré majeur op. 76
Dirk De Nef Rond'eau
Ludwig van Beethoven Sonate n. 29 en si bémol majeur op. 106
Johann Jr. Strauss Schatzwalzer (Der Zigeunerbaron)
Léon Jongen Campeador
Giovanni Bellucci, piano
Piano 2020 reporté en 2021
Déroulement d'un concours
S.M. la Reine Mathilde
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER