Monique (Yver) de la Bruchollerie
piano | France, °1915 - 1973
 
PIANO 1938 : Dixième Prix
C’est par une heureuse coïncidence que Monique de la Bruchollerie commença le piano : ses parents étaient amis du pianiste Isidor Philipp, qui découvrit le talent de la petite fille et commença immédiatement à lui donner des leçons. Alors à peine âgée de sept ans, elle entra au conservatoire de Paris dans la classe du professeur Philipp. Elle en sortit diplômée et avec le Premier Prix (1928) et le Prix Pagès à treize ans, distinguée tous les cinq ans par la direction du conservatoire pour le meilleure gagnant du premier prix des quatre années précédentes. Par la suite, elle étudia avec Alfred Cortot à Paris, Emil von Sauer à Vienne et Raul Kochalski à Berlin.

En 1932, Monique de la Bruchollerie donna un concert à la Salle Pleyel, accompagnée de l’orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire sous la direction de Charles Munch. Elle y interpréta trois concertos pour piano. Cette prestation marqua le début d’une carrière internationale pour la jeune fille - qui avait alors dix-sept ans - et la mena à signer un contrat exclusif de trois ans avec la Société des Concerts.

Peu après, elle participa à trois concours internationaux de musique : à Vienne (3e prix, 1936), Varsovie (3e Concours Chopin, 7e prix) et Bruxelles (Concours Eugène Ysaÿe, 10e prix, 1938).
La carrière de concertiste de Monique de la Bruchollerie franchit une étape après la deuxième guerre mondiale. Pendant les années 1940, 1950 et 1960, elle donna plusieurs douzaines de concerts par an. Elle fit ses débuts aux Etats-Unis avec l’Orchestre Symphonique de Boston, sous la direction d’Ernest Ansermet, en 1952. Elle se produisit en soliste par la suite, à New York, Philadelphie, Chicago et d’autres villes nord-américaines. Les cinq prestations qu’elle fit au Carnegie Hall en deux semaines furent considérées comme un évènement exceptionnel dans l’histoire de la fameuse salle de concert. Son répertoire était très étendu, allant de Bach à Chostakovitch en passant par Mozart, Clementi, Mendelssohn, Chopin, Schumann, Liszt, Brahms, Debussy, Franck, de Falla, Szymanowski, Rachmaninov ou encore Prokofiev.

En 1969, pendant une série de concerts en Roumanie, Monique de la Bruchollerie se blessa dans un accident de voiture, qui mit un terme à sa carrière. Elle se consacra à l’enseignement jusqu’à la fin de sa vie. Elle a laissé quelques enregistrements, notamment de concertos de Chopin, Brahms, Tchaïkovski, Mozart, Franck et Rachmaninov, mais aussi de pièces pour piano solo de nombreux compositeurs, dont la Ballade en fa mineur de Chopin. Elle fut membre de jurys de nombreux concours internationaux à Paris, Budapest, Versailles et Munich.
Programme
Finale (29/05/1938)
Wolfgang Amadeus Mozart Concerto n. 23 en la majeur KV 488
Franz Liszt Prélude et fugue sur un thème B-A-C-H
Robert Schumann Carnaval op. 9
Karol Szymanowski Variations en si bémol mineur op. 3
Fryderyk Chopin Ballade n. 4 en fa mineur op. 52
Camille Saint-Saëns Toccata en fa majeur op. 111/6
Arthur De Greef 6 Nouvelles études de concert
Monique (Yver) de la Bruchollerie
Orchestre Symphonique de l'INR, dir. Franz André
Piano 2020 reporté en 2021
Déroulement d'un concours
S.M. la Reine Mathilde
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER